The Afghan Project

Mashal Arman & The Afghan Project explorent les musiques populaires et sacrées d’Afghanistan, un répertoire méconnu voire oublié. Issu d’un pays riche de plusieurs cultures au cœur de l’Asie centrale, ce répertoire musical témoigne à la fois d’un long passé et d’une poésie inspirée que les turbulences historiques et les guerres n’ont cessé de disperser aux quatre coins du monde. Pour redessiner les contours des mélodies enfouies et des ornements oubliés, The Afghan Project s’adonne à la fois à un travail de reconstruction, mais aussi de préservation. Ainsi en remodelant à partir de de mélodies parfois fragmentaires, au gré des improvisations et d’un important travail de développement des compositions, le terreau jadis asséché refleuri pour le public à l’occasion des concerts et des performances sur scène. Pour ce faire, The Afghan Project se compose de musiciens formés à une double culture musicale, à savoir classique orientale et occidentale.

Mashal Arman est née à Kaboul dans une famille de musiciens. Elle a étudié la flûte traversière et le chant à la Haute École de musique de Genève et à la Haute École de musique de Berne. Elle se perfectionne auprès de Raphael Sikorski et de David Jones aux Etats-Unis. Sa double culture musicale l’amène à collaborer et à enregistrer avec des ensembles de musiques anciennes et contemporaines.

Elle est régulièrement invitée à chanter des œuvres du répertoire sacré et des opéras en Suisse et à l’étranger, notamment avec l’Opéra de Lausanne ou l’Opéra de Chambre de Genève, mais aussi le Teatro Malandro, l’Opéra National d’Orléans ou encore Gli Angeli. Désireuse de garder un lien avec la musique de ses racines, elle s’engage à préserver et à diffuser la richesse de la musique afghane. Elle crée The Afghan Project, trio avec lequel elle se produit dans des festivals internationaux.


Siar Hashimi est né à Kaboul. Il débute l’apprentissage des tablas à l’âge de quatre ans avec le maître afghan Wali Mohammad. Il émigre à Hambourg avec sa famille et poursuit son apprentissage musical en Allemagne et en Inde avec Zakir Hussain, Anindo Chaterjee et Kumar Bose. Accompagnateur des grands chanteurs afghans de la diaspora, il est aussi régulièrement invité par des musiciens indiens comme Hariprasat Chaurasia que par des musiciens européens comme Jordi Savall.

Siar Hashimi maîtrise tout le répertoire percussif avec les tablas et les percussions afghanes et iraniennes traditionnelles comme le zerbaghali, le dolak et le daf.


Ourania Lampropoulou est une virtuose du santouri (cymbalum grec). Étant une figure de proue de son instrument depuis son plus jeune âge, elle œuvre dans le prolongement de son maître de santouri grec, Tasos Diakogiorgis.

Elle collabore avec des ensembles de musique traditionnelle issus de diverses cultures musicales, des ensembles de musique ancienne, contemporaine ainsi qu’avec les orchestres symphoniques. Elle a été membre de l’Orchestre de Mikis Theodorakis et collaboratrice de Domna Samiou.

Spécialiste de la musique traditionnelle grecque, elle a enseigné dans différentes universités et donne régulièrement des master classes à travers l’Europe.